Rechercher
  • Pascal Renauldon

Romain Poite : le regard d’un arbitre de rugby… sur le polo


Dans une précédente interview, l’Argentin Gonzalo Quesada nous confiait qu’il existait en Argentine beaucoup de ponts entre le polo et le rugby. La France semble suivre le pas ! Vendredi, Romain Poite, un arbitre de rugby de référence du Top 14 et du circuit international (plusieurs matchs des Six Nations et trois Coupes du monde, une quatrième l’année prochaine espère-t-il) était au Polo Club de Chantilly pour donner une conférence sur sa vision de l’arbitrage et échanger avec les arbitres de l’Open de France et quelques joueurs sur le thème de la gestion des conflits et des relations entre les sportifs et le corps arbitral. Ce fut également l’occasion, pour cette star de l’arbitrage, de découvrir le polo.


Romain Poite explique aux arbitres de l'Open de France " le coup du parapluie "... se mettre à l'abri de ses émotions !

Vous avez découvert le polo aujourd’hui à l’occasion d’un bon match (Talandracas – Mungo) : quelle impression vous donne ce sport ?

Une découverte technique d’abord car ma connaissance du polo était limitée. Je me suis beaucoup nourri d’informations, j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter les gens qui m’ont instruit et je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de proximité entre les deux sports. Le polo est également un sport de contact. Bien sûr la configuration est différente avec un nombre de joueurs inférieur sur une espace plus grand. Il y a plein de subtilités et maintenant que j’en sais un peu plus sur le polo, je le comprends mieux. L’important est de comprendre les choses. Je suis venu aujourd’hui pour partager mon expérience d’arbitre de rugby, mais j’ai également beaucoup appris de mon côté. C’est un sport très respectable et très agréable à regarder.


Quelle image aviez-vous du polo, avant de venir ici ?

Je connaissais le monde du cheval car ma fille faisait du saut d’obstacles (elle s’est malheureusement mise … au rugby) et c’est vrai que j’avais un apriori sur le monde du cheval qui, de loin, était pour moi « les grands chapeaux et les belles tenues ». Et en fait, je me suis rendu compte que ce n’était pas du tout cela et j’ai pris du plaisir à rencontrer ces gens de cheval. Des personnes qui sont d’une classe sociale certainement plus élevée que la mienne, mais qui finalement acceptent tout le monde. Ici, il n’y a pas d’apriori ni de cloisonnement.

Au cours de ces échanges ce matin, notamment avec les arbitres, avez-vous eu l’impression de leur apporter quelque chose de nouveau ?

Je n’avais pas la prétention d’apporter quoi que soit, mais j’ai adoré l’interactivité et le partage que nous avons eus, en plus dans une langue qui n’est pas ma langue maternelle. Chacun a compris les problématiques de l’autre, nous avons compris les évolutions que nous pourrions nous apporter. C’est vrai que la structuration du rugby professionnel est peut-être un peu plus avancée que le polo. Le rugby est moins confidentiel, plus populaire, mais les difficultés d’arbitrage sont les mêmes et les travaux qui peuvent s’appliquer à l’une des disciplines peuvent s’appliquer à l’autre.


Les joueurs de polo parlent beaucoup aux arbitres, parfois durement, comment cela se fait-il que ce comportement n’existe pas dans le rugby, comment arrivez-vous à garder cette distance, même dans les moments où l’adrénaline monte ?

C’est quelque-chose de non négociable que l’on apprend dans les écoles de rugby. Ce que l’on voit sur le terrain est le fruit de cette éducation des écoles de rugby. Dès le début, on inculque aux joueurs que la parole de l’arbitre est incontestable. Ensuite, dans le règlement, nous avons tout un arsenal qui permet de sanctionner durement des joueurs qui auraient des écarts verbaux ou un comportement inadapté : cela va de la pénalité qui coûte 3 points, au carton jaune qui est une lourde sanction car l’équipe va jouer à 14 contre 15 pendant dix minutes et la sentence ultime, le carton rouge où l’équipe perd le joueur pour le reste du match ce qui est très pénalisant.


Vous reverra-t’on donc prochainement sur un terrain de polo ?

Avec grand plaisir. J’ai adoré partager ces instants avec les personnes que j’ai rencontrées aujourd’hui, j’ai découvert un monde très sympa.


199 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout