top of page
Rechercher
  • Pascal Renauldon

LE PRINTEMPS DES ÉCUYERS

Un magnifique partage pour les cavalières de la Compagnie équestre des Grandes Écuries.


Entrer dans le Grand Manège au botte-à-botte avec l’Écuyer en Chef du mythique Cadre noir de Saumur : un moment intense pour Sophie Bienaimé, directrice équestre et artistique des Grandes Écuries de Chantilly. Un immense honneur également et une consécration pour les sept cavalières de la Compagnie qui s’étaient déplacées avec dix chevaux et deux poneys pour l’un des deux plus importants galas de la saison du Cadre noir.


Le Cadre noir de Saumur* fait partie, avec l’École Espagnole d’Équitation de Vienne, l'École royale andalouse d'art équestre de Jerez et l’École Portugaise d'Art Équestre de Lisbonne, des quatre grandes académies équestres du monde. L’équitation de tradition française qu’il perpétue, et dont les cavalières de la Compagnie équestre des Grandes Écuries suivent la doctrine, est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Le Cadre noir est un corps prestigieux, qui contribue au rayonnement de la France, mené aujourd’hui par son 38ème Écuyer en chef, le Colonel Thibault Valette, qui avait été sacré Champion olympique par équipe de concours complet en 2016, à Rio de Janeiro. On se figure l’émotion pour les sept écuyères en rouge de se produire ainsi aux côtés et parmi les écuyers en noir pour la vingtième édition du Printemps des Écuyers où est invitée chaque année une autre prestigieuse entité équestre, académique, de spectacle ou circassienne. L’École Portugaise d'Art Équestre de Lisbonne avait ouvert le feu en 2003 et c’est sous les yeux de son actuel Écuyer en chef, João Pedro Rodrigues, que le rideau s’est levé pour cette édition du vingtième anniversaire. Les cavalières de Chantilly étaient à Saumur depuis une semaine pour préparer ce spectacle avec les écuyers du Cadre noir. Certains de ces tableaux mêlaient harmonieusement les deux styles, académiques et poétique. Ce qui a nécessité quelques répétitions car il s’agissait notamment de synchroniser les allures des deux différents groupes de chevaux qui ne se déplacent pas avec le même tempo : de grandes foulées pour les chevaux de sport de Saumur et une locomotion plus répétée des chevaux ibériques et baroques de Chantilly.

Le résultat de ce travail chapeauté par l’écuyer du Cadre noir, Laurence Sautet, a été magnifique à en croire les réactions des 5 400 personnes qui ont assisté aux trois sessions du week-end. Le charme et la poésie, illustrés par les musiciens et chanteuse des Grandes Écuries (Mathilde Pouteau, l’une des écuyères) étaient subtilement associés à la rigueur et à la tradition d’une équitation française de légèreté sans contrainte que les deux entités s’emploient à respecter et à pérenniser.


Si cette équitation de tradition française a pu être inscrite à l’UNESCO en 2011 au patrimoine mondial de l’humanité, c’est essentiellement grâce à l’action du Cadre noir. À l’issue de ce gala, Didier Garnier, président du comité « Culture, patrimoine et UNESCO », annonçait que l’équitation de spectacle française rejoignait également cette liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, «…et cette collaboration entre Saumur et Chantilly en est la première et parfaite illustration », ajoutait-il. Ainsi, à Saumur, le rouge et le noir se sont parfaitement épousés !


Retour aux affaires courantes… mais toutes aussi exaltantes, chevaux et écuyères sont rentrées à Chantilly hier pour la reprise de leur spectacle saisonnier, TOTEM, dès jeudi sous le dôme des Grandes Écuries, tous les jeudis, dimanche jusqu’à fin juin et le 1er mai. (plus d’infos ici).


* « Héritier d’un passé militaire prestigieux et s’appuyant sur une culture équestre ancestrale, le Cadre noir perpétue sa mission de formation et de rayonnement de l’Équitation de tradition française.

L’Histoire du Cadre noir débute au 19ème siècle. La vocation première de ce corps d’élite, à l’époque, est de former les officiers et sous-officiers de cavalerie capable d’utiliser et de dresser des chevaux pour un usage militaire. Le Cadre noir est le dépositaire de la doctrine équestre.

Aujourd’hui, le Cadre noir de Saumur forme et perfectionne les cadres supérieurs de l’équitation. Véritables experts dans une ou plusieurs disciplines, les écuyers ont pour mission principale de transmettre un savoir technique et théorique dans leur(s) discipline(s). Ils doivent également dresser et maintenir en état performant les chevaux qu’ils présentent dans la Reprise de Manège ou dans celle des « Sauteurs », ainsi que dans les compétitions nationales et internationales où ils représentent l’école. Ils ont également pour mission de préparer les chevaux qui leur sont confiés pour la formation des élèves (source IFCE) ».


209 vues0 commentaire

댓글


Post: Blog2_Post
bottom of page