Rechercher
  • Pascal Renauldon

Gallops of….TUNISIA !

C’est cette fois-ci en Tunisie que les organisateurs des Gallops feront transhumer la centaine de cavaliers-aventuriers dans une nouvelle traversée équestre d’un désert du 12 au 19 novembre prochains.


Après le Sultanat Oman et ses fascinants Wahiba Sands (2014), après le Maroc et les dunes de Merzouga (2017), après l’Inde et les sables du Rajasthan (2018) et après la Jordanie et les décors extra-terrestres du Wadi Rum (2021), c’est dans le Sahara tunisien jusqu’aux premiers contreforts de l’Atlas que Bady Kebir et Benoît Perrier feront rêver et voyager à cheval pour la cinquième édition des Gallops of


Dès lors que l’on sort des sentiers touristiques battus et des grands complexes hôteliers balnéaires, la Tunisie est un pays fascinant, regorgeant de sites qui sont de véritables trésors cachés : « C’est un pays qui possède un patrimoine, une culture et une histoire extrêmement riches, souligne Bady Kebir. Carthage, comptoir phénicien sous emprise grecque, est un site archéologique parmi les plus emblématiques de la planète. La Tunisie était un fleuron de l’empire romain. Si c’est avant tout un pays tourné vers la mer, les Berbères ont fortement imprégné la montagne et le désert depuis des siècles. Certains villages de montagne avec leurs habitations troglodytes sont de véritables merveilles. Les paysages que nous allons faire découvrir avec les Gallops of Tunisia surprendront les concurrents, même si certains d’entre eux auront déjà participé à l’une de nos précédentes éditions ».


Un havre de paix dans le désert


Pour bien commencer un tel raid (150 kilomètres), il faut accumuler des forces et de l’énergie et pour cela, l’organisation a choisi l’Anantara Sahara Tozeur Resort & Villas. Le premier rassemblement se fera ainsi dans un endroit de rêve : un hôtel haut de gamme, près duquel se déroulera la journée d’essai des chevaux et d’où partira le raid. La caravane traversera les dunes de Nefta pendant deux jours pour arriver à Ong-jmal, un site célèbre pour avoir été l’un des décors naturels de Star Wars. Le tracé se poursuivra ensuite dans le fameux triangle des Oasis de l’Atlas dont les premiers contreforts sont tunisiens avant de s’étendre vers l’Algérie et le Maroc. Il fera découvrir le décor du film Or Noir (réalisé par Jean-Jacques Annaud, 2011) et se terminera à Mides avant un retour véhiculé à l’Anantara Resort de Tozeur pour la remise des prix et la soirée de gala.



Le principe de ce raid reste toujours le même : cent cavaliers représentant dix-huit nations différentes seront répartis en vingt équipes de cinq personnes et devront boucler chacune des cinq étapes de trente kilomètres dans une fourchette proche d’un temps idéal.


Il ne s’agit donc pas véritablement d’une course, mais d’un raid équestre à travers des espaces désertiques spectaculaires avec un GPS pour seul outil d’orientation ce qui constitue déjà une énorme performance sportive et un formidable dépassement de soi. La compétition existe et beaucoup viennent pour gagner, mais ce n’est pas l’essentiel ici.


Le souci du bien-être des chevaux


Les chevaux sont en cours de casting. Il s’agira de Barbes loués à des éleveurs et des centres équestres tunisiens qui commenceront l’entraînement sous peu. Leur bien-être est un souci majeur de l’organisation. Cinq vétérinaires procèderont à deux contrôles par étape et les chevaux sont en permanence surveillés par la « caravane » qui les accompagne. La longueur de chaque étape a été ramenée à trente kilomètres et, comme à chaque édition, le niveau des cavaliers sera étroitement vérifié. Sans être des as de l’endurance, les participants doivent être des cavaliers d’extérieur accomplis avec une parfaite maîtrise des trois allures et une connaissance irréprochable du cheval. Souvent, lors des éditions précédentes, s’installe une belle relation entre chevaux et cavaliers au point que certains cavaliers, attaché au compagnon de leur aventure désertique, l’ont racheté et importé chez eux.


Les accompagnateurs, moins aguerris à cheval, pourront, en plus d’un riche programme touristique, goûter le sel, mais sans la selle, de l’aventure des Gallops avec une petite randonnée pédestre de deux journées sous forme d’un trekking de vingt kilomètres sur les traces des cavaliers. Et en cas de coup de fatigue, deux dromadaires suivront, prêts à prendre les marcheurs épuisés sur leur dos !


Le bien-être des cavaliers !


Si parfois, l’aventure peut se révéler ardue pour certains, le réconfort au bout des étapes les attend : un bivouac qui, cette année sera des plus confortables (cf. photo), avec des tentes qui sont plutôt de véritables lounges aux couleurs chatoyantes. Les repas seront concoctés par les chefs des restaurants de l’Anantara Sahara Tozeur Resort, des saveurs berbère et asiatique. La fameuse soirée blanche au terme de la quatrième, étape, à Chebika, une soirée berbère et un DJ à chaque étape permettront une « récupération active… et festive » !


L’ensemble de la caravane (participants, accompagnateur, staff et presse) sera transporté par avion privé au départ de Roissy Charles de Gaule qui rejoindra directement Tozeur.


Pour la cinquième fois, ces Gallops s’annoncent exaltants et uniques. Un nouveau décor à découvrir : les déserts sont fascinants tant ils regorgent de curiosités, de vie et de paysages variés. Cette partie du Sahara que cette édition propose n’échappe pas à la règle.


Pour plus de renseignements (et s’inscrire) : gallopsoftunisia.com. Et rendez-vous de Tazour à Mides du 12 au 19 novembre prochains.


Contacts organisation :


Bady Kebir – Carole Desmetz

contact@gallopsoftunisia.com


106 vues0 commentaire