Rechercher
  • Pascal Renauldon

Des sueurs froides et des larmes


Beaucoup d’émotions fortes hier à Palermo pour la dernière journée de matchs de qualifications d’un Open que beaucoup d’observateurs s’accordent à qualifier de l'un des tous meilleurs crus de l’histoire. Des larmes : celles de Mariano Aguerre embrassant la cancha 2 pour un ultime adieu à Palermo ; celles de Diego Cavanagh après avoir raté d’un cheveu le goal en or d’une qualification en finale ; celles de Nico Pieres évoquant devant le micro d’ESPN sa bonne et fidèle Guillerma, 16 ans, grâce à laquelle il venait d’inscrire ce fameux goal en or.


Malheureux Diego Cavanagh, ici face à Hilario Ulloa, qui, sur un terrain épouvantable , rate de quelques centimètres le goal de la victoire


Il faut se méfier des commentaires hâtifs, écrivions-nous hier avant d’affirmer un peu plus loin que ce match, cette demi-finale, face à La Dolfina Polo Ranch ne serait qu’une "formalité" pour Ellerstina. Ce fut tout le contraire car les Pieres et Ulloa sont passés tout près de la correctionnelle, dominés par la meilleure Dolfina 2 que l’on ait vue depuis le début de cette Triple-Couronne. Une avance qui a atteint jusqu’à quatre goals avec un Guillermo Terrera particulièrement inspiré qui, de 13-11, a ramené les deux équipes à égalité pour offrir à son camp l’espoir d’une prolongation. Et tout avait bien commencé dans cette période supplémentaire avec une inarrêtable descente de Diego Cavanagh dont le dernier coup de maillet envoyait la capricieuse balle à 50 centimètres à la droite des poteaux. De quoi verser une larme quand quelques secondes plus tard, sur le dégagement ce cette sortie de but, Nico Pieres concluait une action identique avec bonheur grâce à la vélocité de sa bonne Open Guillerma, évidemment meilleur cheval de la rencontre.

Pas de commentaires hâtifs, mais bon : face à La Dolfina 1 de samedi, l’Ellerstina d’hier va devoir s’accrocher si elle veut espérer décrocher une seconde Triple-Couronne samedi prochain.


Les adieux d’une figure de Palermo


Dans le match précédent, Los Machitos (seule autre équipe à avoir battu La Dolfina Polo Ranch avant sa défaite d'hier dans cet Open) et Cria GT s’affrontaient pour éviter la relégation. Match gagné en prolongation par la seconde (goal en or de Magoo Laprida, meilleur homme du match), mais par le biais de la différence de buts, ce sont les Machitos qui pourront revenir à Palermo l’année prochaine tandis que Cria GT devra jouer un match de barrage contre le futur vainqueur de la Copa Camara (Brava ou Chapaleufu) que nous connaîtrons mercredi, les deux Irenita étant irrémédiablement reléguées.


A 51 ans, Mariano Aguerre (à droite) aura livré sa dernière bataille de Palermo jusqu’au bout


C’était donc le dernier exploit de Mariano Aguerre à Palermo, car quelques minutes après le coup de cloche final, il s’agenouillait pour embrasser la pelouse signifiant ses adieux à un tournoi dont il aura marqué l’histoire et où il a marqué son premier goal en 1992, à 23 ans. Neuf titres avec quatre maillots différents : celui de l’Ellerstina de Gonzalo et Alfonso Pieres (les pères), aux côtés d’Adolfo Cambiaso en 1994, 1997 et 1998, celui des Indios Chapaleufu I en 2001, une victoire particulièrement émouvante car, remplaçant Gonzalo Heguy qui venait de disparaître tragiquement sur la route de Pilar, il marquait le goal décisif, puis quatre fois avec La Dolfina où il retrouvait Adolfo Cambiaso (2005, 2006, 2007 et 2009) et enfin avec l’Ellerstina de la nouvelle génération des Pieres en 2012, dernière année et deuxième fois où l’équipe remportait le titre. Là-aussi, Mariano avait montré beaucoup d’émotion nous confiant alors : « c’est comme dans un film, c’est irréel ».

On devrait donc revoir Los Machitos, l’équipe qui porte le nom de son élevage, dans la Triple-Couronne en 2021, mais à qui Mariano confiera-t-il les clés du camion ? A son neveu, Martincito ? A un autre joueur ? Dissoudra-t-il l’équipe ? Ou même, à 52 ans, reviendra-t-il sur sa décision ? On l’a vu depuis deux mois, tout est possible dans ce sport !


Ellerstina Johor: Facundo Pieres 10 (7 goals, dont 3 pénalités), Hilario Ulloa 10 (3) (carton jaune au 8ème chukker), Gonzalito Pieres 9 (1) et Nicolás Pieres 10 (3) (carton jaune au 6ème chukker). Total: 39.

La Dolfina Polo Ranch: Guille Terrera 8 (4), Juan Britos 8 (3, dont 2 pénalités), Diego Cavanagh 9 (5, dont 2 pénalités) et Alejo Taranco 8 (1). Total: 33.

Ellerstina Johor: 2-1, 3-4, 5-5, 5-7, 5-9, 7-10, 12-10, 13-13 et 14-13.


Cría Geté: Valerio Zubiaurre 8, Magoo Laprida (h) 8 (4 goals), Joaquín Pittaluga 8 (1) et Iñaki Laprida 8 (4 pénalités). Total: 32.

Los Machitos: Agustín Merlos 8, Ignacio Toccalino 8 (2), Mariano Aguerre 7 et Santiago Toccalino 8 (6, dont 4 pénalités). Total: 31.

Cría Geté: 1-0, 1-1, 2-1, 3-5, 4-6, 5-6, 6-6, 8-8 et 9-8.


Abierto féminin


Même si l’on attend les quarts de finales cet après-midi pour savoir quelles équipes seront battues par El Overo 27 (Lia Salvo) et La Dolfina Brava (Mia Cambiaso) en demi-finales mercredi, la finale de samedi sera de toute évidence un remake des trois précédentes finales avec les deux équipes précitées. Pas vraiment de suspens donc !



201 vues0 commentaire
 

+33 (0) 3 44 62 06 21

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc LinkedIn Icône

©2020 par R&B Presse