top of page
Rechercher
  • Pascal Renauldon

Coupe des Nations Mercedes-Benz : Verte victoire sur l’herbe d’Aix-la-Chapelle

Une Coupe des Nations Mercedes-Benz sur l’immense stade de la Soers revêt une autre dimension. Une ambiance comme nulle part ailleurs, des émotions amplifiées par les plus de 40 000 spectateurs qui bondent les tribunes. Alors, remporter cette épreuve dans cet endroit mythique a une saveur particulière. Un bonheur que l’Irlande n’avait plus connu depuis 2010. Et la deuxième place que le Mexique a pu partager aujourd’hui avec la Grande-Bretagne semblait avoir tout autant un goût de victoire pour cette nation d’Amérique centrale particulièrement en forme à quelques semaines des Jeux olympiques.


L'Irlande, victorieuse à Aix-la-Chapelle, 14 ans après sa dernière victoire avec déjà à l'époque Cian O'Connor et Denis Lynch en ses rangs © R&B Presse - Morgan Froment

Même si le parcours de Frank Rothenberger pouvait sembler assez simple jeudi soir avec onze doubles sans-faute, le scénario n’en fut pas moins haletant. Une première manche avec cinq équipes à avoir réalisé le score parfait et trois autres à 4 points : rien n’était joué. La France faisait partie de ces qualifiées pour la seconde manche, sauvée sur le fil par Kevin Staut et Visconti du Telman qui effaçaient le 8 points d’Aurélien Leroy et Croqsel de Blaignac avant le 4 points d’Olivier Robert et Iglesias D.V, tout cela après le superbe sans-faute de François-Xavier Boudant et Brazyl du Mezel. Exploit qu’il renouvelait en seconde manche : un couple solide. Mais la France terminera septième.


Meilleur Français jeudi dans la Coupe des Nations Mercedes-Benz, le Normand François-Xavier Boudant a signé l'un des onze doubles sans-faute de la soirée avec Brazyl du Mezel. © R&B Presse / Morgan Froment

Tout n’avait pourtant pas vraiment bien commencé pour l’Irlande. Premier à partir avec Vistogrand, Denis Lynch s’est un peu écrasé sur le tout premier obstacle avant de redresser la barre avec superbe pour ne plus toucher un seul obstacle jusqu’à la fin de l’épreuve : « C’était comme si en football, on se prenait un carton jaune dès la première minute, mais je savais que j’avais une équipe solide derrière moi et que mes coéquipiers allaient m’épauler. Alors, non, cela ne m’a pas déstabilisé, je me suis repris et après, nous avons aligné six sans-faute ». Car Cian O’Connor n’a pas eu besoin de repartir en seconde manche, la victoire étant déjà assurée : « C’est toujours un grand moment de gagner ici, se réjouissait O’Connor. Cet endroit est tellement exceptionnel. Le lundi, quand j’arrive ici, je me sens rajeunir… d’autant que je faisais déjà partie de l’équipe victorieuse il y a quatorze ans ».

Kevin Staut et Visconti du Telman ont permis à la France de rejoindre la deuxième manche avec un superbe sans-faute. Une performance qu’il n’a malheureusement pas pu reconduire au second tour et qui aurait permis à l’équipe d’accrocher le podium. © R&B Presse / Franck Papelard

Grande soirée pour le Mexique, invitée exceptionnelle de cette Coupe des Nations Mercedes-Benz. Une équipe en grande forme en ce moment, mais qui n’est pas qualifiée pour la Ligue des nations et le CHIO d’Aix-la-Chapelle avait tenu à lui offrir cette place à un mois de Paris 2024. Avec cette deuxième place, le Mexique a parfaitement honoré cette invitation  : « Concourir ici, dans ce stade, cela me donne toujours la chair de poule, jubilait Federico Fernandez. Se retrouver ainsi sur le podium, c’est un moment que nous ne sommes pas près d’oublier. C’est la meilleure performance mexicaine de tous les temps ici, à Aix-la-Chapelle ».

Cian O’Connor n’a même pas eu besoin de repartir en seconde manche avec le Selle français Fancy de Kergane, la victoire de l’Irlande étant déjà acquise après les trois sans-faute de ses coéquipiers. © R&B Presse / Morgan Froment

La Grande-Bretagne, avec le même score de 4 points, complétait ce podium à la troisième place avec notamment un double sans-faute de Ben Maher et le Selle français Dallas Vegas Batilly et de Scott Brash et Hello Jefferson, comme l’an dernier. Mais il est vrai que ce stade si particulier réussit plutôt bien au Britannique qui y avait remporté le Rolex Grand Prix en 2015 avant de s’envoler vers le seul Rolex Grand Slam of Showjumping de l’histoire.




72 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page