Rechercher
  • prenauldon

Championnat de France de Polo : Sainte-Mesme conserve son titre !

Les Championnats de France clôturent traditionnellement la saison française sur herbe. Quinze jours après un mémorable Open de France, le Polo Club du Domaine de Chantilly accueillait à nouveau deux finales, celles des deux compétitions les plus importantes de ces Championnats nationaux, le Championnat « 6-8 goals » où l’équipe parisienne de Sainte-Mesme conserve son titre et la Coupe de France « 2-4 goals » qui couronne pour la première fois l’équipe Domasac.


Habituellement, ces finales se jouent au Polo de Paris, sur la traditionnelle « pelouse » de Bagatelle qui avait accueilli le polo aux Jeux olympiques de Paris en 1924. Mais la pluie ayant été généreuse ces derniers jours, le terrain déjà très sollicité par la phase qualificative était… fatigué. Et c’est tout naturellement que le Polo de Chantilly, qui est un peu au polo ce que Clairefontaine est au football, a reçu les demi-finales hier et ces deux finales dimanche après-midi. Les huit terrains de ce club phare du polo français permettent en effet d’alterner les rencontres qui peuvent ainsi se dérouler sur des sols parfaits pour les chevaux. Quatorze équipes étaient engagées dans cette compétition, six dans la poule de Paris et huit dans celle de Chantilly, signe de la bonne santé du polo français.


Pour ces finales, le terrain d’Honneur n°1 avait été préservé tout au long de la semaine. Malgré la présence de professionnels argentins (deux au maximum par équipe) autorisés dans cette compétition, ce sont sept Français que l’on retrouvait en finale de ce Championnat et c’est une équipe 100% française qui l’emportait. Sainte-Mesme, alignait le père et le fils, Birger et Robert Strom, le jeune professionnel français formé à Chantilly, Louis Jarrige et l’excellent jeune joueur de paddock-polo, Victor Louarn. En face, un seul Argentin, Nacho Kennedy, attaquant brillant lors de l’Open de France, et trois Français, Jérôme Hue, Charlotte Garaud, seule femme de cette finale et son frère Florent portaient les couleurs de Omédia Paris/Black Mamba. Un match difficile qui s’est conclu par le plus petit écart (9 à 8½). Le handicap 5 français, Robert Strom s’attendait à un tel challenge : « C’est vrai que cette finale a été difficile, il y avait de très bonnes équipes dans la poule de Chantilly et nous savions que celle qui arriverait en finale serait coriace. En plus, ils ont débuté avec un goal et demi d’avance qu’il a fallu remonter. En face, Nacho Kennedy (7 goals) a fait un gros match à l’image de l’énorme saison qu’il vient d’effectuer en France. Je dois dire que j’ai été très bien accompagné car j’ai la chance de jouer avec ces deux jeunes Français, Louis (Jarrige) et Victor (Louarn). Ce dernier est un peu une révélation. Nous l’avons découvert cet hiver en arena avec mon beau-frère, Clemente (Zavaleta, h7 argentin, Ndr). Nous savions qu’à 0 de handicap, c’était une bonne ‘prise’ et à chaque match de ce championnat de France, il jouait de mieux en mieux. Quant à Louis Jarrige, c’est toujours notre joueur fétiche français. Nous le suivons depuis un certain temps, il est venu avec nous à Sotogrande. Pour moi, c’est le talent français avec le plus grand avenir ».


C’est aussi le côté sympa de cette belle équipe de Sainte-Mesme, que l’on voit sur tous les grands terrains du monde (elle devrait être en Argentine cet hiver) mais qui donne ainsi à de jeunes joueurs français l’opportunité de s’exprimer et de progresser.

Progression Sainte-Mesme: (0/1½) – 3/2½ - 6-5½ - 7/6½ et 9/8½


Meilleur marqueur de la finale : Nacho Kennedy qui inscrit les 7 goals de son équipe Omédia Paris-Black Mamba

Meilleure jument de la finale du Championnat de France : Messi, baie de 9 ans, appartenant au haras de Sainte-Mesme, jouée par Robert Strom et élevée en Argentine chez Martin Garrahan


Coupe de France : une première pour Domasac



Dans cette finale, on retrouvait à nouveau une équipe entièrement française, Audaz, avec Nicolas Constant, le capitaine, Edwin Robineau, Côme Dubois et Corentin Le Pape qui faisait face à une formation plus internationale, Domasac, menée par Margaux Perruchot (capitaine), avec le maréchal-ferrant Maxime Grosjean, l’Argentin Silvestre Fanelli et le jeune Allemand Emile Grabosh. Ce dernier, du haut de ses 15 ans a fait forte impression, n’hésitant jamais à aller au combat et inscrivant 3 goals, à hauteur du professionnel argentin de cette équipe, Tete Fanelli. La série des Championnats de France va se poursuivre la semaine prochaine avec les compétitions de moindre niveau avec le Challenge et le Critérium dont les finales se disputeront à Courrance dimanche prochain. Progression Domasac : (0/½) - 0/½ - 3/½ - 3/2½ et 5/2½



2 vues
 

+33 (0) 3 44 62 06 21

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc LinkedIn Icône

©2020 par R&B Presse