Rechercher
  • Pascal Renauldon

Caroline Anier, la dame de fer du polo

Longtemps meilleure joueuse du monde et encore plus longtemps meilleure française, Caroline Anier fait partie des six grandes joueuses qui ont marqué ou marquent encore l’histoire du polo.


Face aux meilleurs professionnels du monde - ici lors de l'Open de France "mixte" 2021 - Caroline Anier n'a pas froid aux yeux malgré le "millésime Jeannie Longo" qu'elle revendique !

Et ici, il ne s’agit pas de polo exclusivement féminin, mais de polo tout court, hommes et femmes confondus. Car cette femme de caractère, qui a débuté le polo à l’âge de 14 ans, « élevée à la dure » à l’école de Pepito Gontier en Sologne, sans moyens, est devenue une cavalière respectée sur le circuit mondial. Elle a été meilleure joueuse française à 19 ans… et l’est restée pendant 38 ans, jusqu’à l’avènement récent d’Elena Venot ! Elle fut également meilleure joueuse du monde trois années consécutives de 1999 à 2002.


Elle a ainsi été recrutée dans bon nombre d’équipes de la planète, notamment en France et aux États-Unis où elle était engagée tous les hivers pour la saison californienne. Elle a atteint le handicap mixte de 4 ; seules deux femmes ont fait mieux qu’elle : l’Anglaise Clare Tomlinson et l’Américaine Sunny Hale (5). C’est cette dernière qui l’avait fait venir aux États-Unis. Elles ont remporté ensemble le premier Open féminin de l’histoire en 1996.


Femme de cheval accomplie, Caroline Anier n’est pas du genre à attendre sur le bord du terrain qu’on lui apporte ses chevaux tous sellés : elle les ferre et les transporte elle-même et cela va sans dire qu’elle ne laisse à personne d’autre le soin de les éduquer. Elle est réputée pour son sens du jeu, sa « malignité » sur le terrain et elle est toujours sollicitée pour compléter des équipes mixtes grâce à ses qualités et à son expérience lui permettant encore aujourd’hui de jouer des tournois du niveau le plus élevé en France comme la Coupe d’Or de Deauville ou l’Open de France de Chantilly.

Caroline Anier (à droite) face à Adèle Renauldon lors de la finale de la Ladies Cup de Deauville 2018.

Au cours de sa longue carrière, elle a notamment remporté l’Eldorado League en polo mixte avec une équipe entièrement féminine, la première édition de l’Open de France mixte en 2000, avec une deuxième femme dans l’équipe (Céline Charloux), la Ladies Cup de Deauville (2018, 2020 et 2021), six championnats de France dont le dernier en 2007, deux Opens de Paris (mixte) et l'Open de France féminin à deux reprises, en 2015 et 2020. Elle a été la première Française à participer à l’Open d’Argentine féminin (2016). Elle est elle-même très fière de s’auto-surnommer la Jeannie Longo du polo !

Ph © R&B Presse


125 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout