Rechercher
  • Pascal Renauldon

La fessée paternelle !


La fessée est une punition interdite dans l’Union Européenne, mais visiblement pas en Argentine. Hier, Adolfo Cambiaso (La Dolfina Saudi) ne n’est pas privé d’infliger une correction à son fils, Adolfo Jr (La Dolfina Brava) lors de la deuxième journée de l’Open de Tortugas. Même s’il s’est montré un peu plus indulgent en dernière période.


Moment particulier que de voir Adolfo Cambiaso, opposé à ce fils qu'il a construit. La lourde défaite qu'il lui a infligée hier fait sans doute partie de cette éducation !

Adolfo Cambiaso reste un magicien. D’entrée, l’équipe qu’il a concoctée après les départs de Juan Martin Nero et de Pablo McDonough, s’est montrée opérante, fonctionnant comme… une équipe. Chacun à sa place et, quand la situation le demandait, chacun prêt à prendre la place de l’autre. En d’autres termes, cela s’appelle solidarité. C’est ce que Cambiaso a réussi à construire dès ce premier match où on le voyait défendre pendant que son nouveau n°4, Diego Cavanagh inscrivait des buts (4). Bien sûr, le boss est resté le boss côté attaque avec 5 goals, meilleur marqueur de la rencontre. Toutefois, le talent de son fils est loin d’être à remettre en cause : Poroto a montré de belles choses, feintant même son père à deux reprises, il est clairement le meilleur joueur de son équipe. A partir du cinquième chukker, le match est devenu practice et pourtant, le papa dominait toujours le fiston (jusqu’à 15-2 au sixième) avant de décider que la leçon était suffisante. Et que dire des chevaux ? Impressionnants alors qu’il ne s’agit à priori que des seconds choix, les chevaux de Palermo étant encore pour l’instant ménagés. Une seule clone en piste (Cuartetera 7 avec Diego Cavanagh) et de nouveaux chevaux dont certains appartenant à Valiente Polo J5, l’écurie de l’ancien patron américain de Cambiaso… qui détient quelques moyens !


RS Murus Sanctus et Pablo McDonough (en bleu) sont à revoir face à une opposition plus consistante

Lors de la première rencontre de la journée même si RS Murus Sanctus l’a (trop) facilement remporté face à La Irenita, l’équipe de Corinne Ricard ne s’est pas montrée totalement convaincante. Magoo Laprida, qui remplace actuellement Facu Solo blessé, a semblé s’amuser, mais le lien entre Sapo Caset d’une part, et Juanma Nero et Pablo McDonough de l’autre, n’est pas encore évident. L’équipe est à revoir face à une opposition plus consistante.


Du coup, il semblerait que l’on en est toujours au même point cette année encore : il y a surtout deux équipes dans cette Triple-Couronne, les mêmes ! N’enterrons pas trop rapidement La Natividad et RS Murus Sanctus – attendons surtout de voir cette dernière face à une équipe plus huppée, comme par exemple dimanche prochain face à La Dolfina Saudi - mais il ne serait pas surprenant que les finales de la Triple-Couronne donnent lieu à nouveau à deux ou trois clasicos (La Dolfina – Ellerstina). Qui parie ?


La Dolfina Saudi P. T. : Adolfo Cambiaso 10 (5 goals), Fran Elizalde 9 (4), Pelon Stirling 10 (2) et Diego Cavanagh 9 (4, une pénalité). Total : 38.

LD Brava P. T. : Guillermo Terrera 9 (1), Adolfo Cambiaso Jr 8 (3, une pénalité), Rodrigo Ribeiro de Andrade 8 (3) et Alejo Taranco 8 (1). Total : 33.


Progression La Dolfina Saudi P. T. : 1-0, 4-1, 7-1, 10-2, 12-2, 15-3 et 15-8.

BPP : Dolfi Cauta jouée par Adolfo Cambaiso


RS Murus Sanctus: Magoo Laprida 8 (4 goals), Sapo Caset 10 (6, dont 5 pénalités), Pablo Mac Donough 10 (3) et Juan M. Nero 10. Total : 38.

La Irenita P. T. : Santiago Loza 8 (3), Segundo Bocchino 7, Ignacio Toccalino 8 et Isidro Strada 8. Total : 31.


Progression RS Murus Sanctus: 3-1, 4-1, 6-3, 8-3, 9-3, 10-3 et 13-3.

BPP : Irenita Pura Joda jouée par Juan Martin Nero


Les demi-finales opposeront donc :


Ellerstina à La Ensenada, samedi à 16H00 / 21H00, CEST Paris) à Tortugas

RS Murus Sanctus à La Dolfina Saudi (dimanche à 21H00 CEST Paris) à Tortugas



211 vues0 commentaire